Artisanat

Maïwenn & Norah


Projet châles solidaires du Chiapas



De quoi s’agit-il ?

Les châles sont des écharpes utilisées de diverses façons par les femmes autochtones Mayas du Chiapas (Mexique).  Il n’est pas rare de les voir porter leurs affaires personnelles ou leur marchandise  dans leur châle en bandoulière. Déployé sur leurs épaules, il les protège du froid.  Plié en 4 bien à plat ou déposé comme un voile,  il protège la tête du soleil.

Mais son grand rôle, c’est le porte-bébé.  Enfants et adultes portent les tout-petits dans le châle. Sur le côté, devant en berceau, ou dans le dos, ils s’installent comme chez eux dans leur nid douillet et dorment partout. Les mères travaillent avec leurs bébés, les allaitant à la demande dans leur petit cocon. Les plus grands explorent le monde aux alentours, puis reviennent faire la sieste ou prendre leur tétée dans le châle auprès de leur maman.  En grandissant, les enfants Mayas deviennent généralement très autonomes.


Création d’un châle

Traditionnellement, les châles sont tissés à la main avec « el telar de cintura », le métier à tisser de ceinture. La largeur du pan de tissus confectionné avec cette technique varie entre 40cm et 60cm de largeur. Un châle porte-bébé est un assemblage solidement cousu de deux fois cette largeur. Sa longueur varie entre 2m et 2m50.  Selon les régions, le coton ou la laine sont utilisés. Les couleurs sont obtenues avec des teintures végétales, minérales et même parfois animales.
Une tisserande aura besoin d’environ trois semaines pour réaliser un châle porte-bébé.

Dans ce monde moderne, la machine commence à remplacer l’ouvrage fait-main. On trouve aujourd’hui des châles moins coûteux et réalisés en 1 heure de temps dans la « maquiladora » de la petite entreprise familiale. Sont préservés les assemblages de coloris de style traditionnel. Les fils colorés proviennent d’usines. On reconnaît les châles fait à la machine à l’absence de couture qui réunit les deux parties du châle traditionnel. Ils sont fabriqués d’une pièce. Ces produits se vendent très bien dans les boutiques de certains villages.

Métier à tisser de ceinture, Agripino Ico Bautista


Les coopératives

Les tisserandes et brodeuses ont compris que l’union fait la force. Elles se sont donc organisées en coopératives. Ces structures leur permettent de travailler plus dignement. Le prix du produit est lié au temps passé à sa réalisation et à la complexité des motifs.
Une fois terminés, elles déposent leurs ouvrages dans la boutique de la coopérative. Leur nom et leur prénom sont inscrits à la main sur une étiquette. Une fois l’article vendu, la somme est retournée à l’artisane. La coopérative garde un pourcentage sur la vente qu’elle investit dans des services sanitaires, éducatifs et sociaux pour améliorer les conditions de vie des familles dans leur quotidien.
Depuis les années 90, les coopératives fleurissent dans le Chiapas. Elles sont aujourd’hui nombreuses, et l’artisanat varie selon le village d’origine.


Quel est le projet ?

Ce projet se place sous le signe de la préservation d’une culture et le bien-être des familles… C’est un projet solidaire, de sa conception à sa finalité :

1ère étape :

Les châles porte-bébés tissés à la main sont achetés aux coopératives de femmes Mayas du Chiapas. Les tisserandes seront payées à la juste valeur de leur travail, et la préservation de ce savoir ancestral est encouragée.

2ème étape :

Les châles sont diffusés en France au travers d’associations de portage, de boutiques spécialisées et par internet. Ces produits de qualité faciliteront la vie de bien des familles en favorisant le sommeil, l’allaitement et la sécurité affective du jeune enfant.

3ème étape :

Le bénéfice des ventes de châles en France retourne dans le Chiapas pour soutenir les projets autogérés des sages-femmes traditionnelles Mayas. Elles organisent des ateliers d’échanges d’expériences et de transmission de savoirs auprès des familles autochtones sur le thème de la santé maternelle et infantile.

Conception du projet

Impulsé par la demande de mamans françaises, le projet est exposé auprès des sages-femmes Mayas de l’ONG locale partenaire. Dans le Chiapas, nous explorons ensemble les coopératives aux alentours afin d’étudier les diverses possibilités. Puis nos recherches se portent sur les aspects logistiques et juridiques.
De retour en France, nous élaborons un catalogue de combinaisons de couleurs afin de le soumettre aux parents et associations sous forme de questionnaire.
Les couleurs les plus appréciées seront commandées aux coopératives, puis envoyés à nos partenaires français afin d’en faciliter la diffusion.


Objectif

.
Les communautés du Chiapas passent parfois de longues périodes sans ateliers animés par les sages-femmes par manque de moyens économiques. Ce projet a pour but de maintenir une activité sans interruptions de leur projet d’ateliers sanitaire et social ; en les menant vers une autonomie financière.


Mareva & Doryan
En quoi pouvez-vous nous aider ?

Vous êtes une maman, un papa, un sympathisant :

  ·      Si vous avez une expérience de portage, vos suggestions sont les bienvenues pour améliorer les critères de nos futures commandes de châles porte-bébé aux coopératives.

·      Faites l’acquisition d’un châle pour porter votre enfant, recommandez-le autour de vous, offrez-le aux nouveaux parents, …

·      Vous pouvez faire un don à l’association pour nous permettre de passer nos premières commandes et avancer les premiers frais d’envoie.


Vous êtes une association, une entreprise :

·      *Si vous êtes une association de portage,  et que ce projet vous intéresse, vous pouvez présenter nos châles aux parents lors de vos ateliers, diffuser nos plaquettes,  être un partenaire de vente.

     ·      Si vous êtes une association de soutien à la parentalité, de commerce équitable, ou de tout autre objet et que vous partagez notre éthique ; vous pouvez diffuser nos plaquettes. Nous pouvons également tenir un stand lors d’un événement.

   ·      Vous pouvez parler de nous sur votre site, blog ou forum. Écrire des articles, nous rencontrer, nous aider à diffuser l’information.



Pour nous contacter ou faire un don :

Association Mâ
Les Salorges 1
15 quai Ernest Renaud
44100 Nantes cedex




En soutenant ce projet de châles solidaires, vous contribuer à soutenir les sages-femmes traditionnelles Mayas, à améliorer les conditions sanitaires et sociales dans les communautés autochtones et à préserver le savoir ancestral du tissage.








1 commentaire: